En théâtrophile avertie, j’ai épluché les saisons de différents lieux de diffusion théâtrale montréalais pour dénicher ce qui est intéressant du point de vue de la création émergentes. Si tu t’intéresses à la relève en théâtre et en arts vivants, c’est une liste pour toi!

Cette année, le milieu théâtral a été clair : On veut se donner une scène plus accessible, plus représentative et plus inclusive. On aurait envie de dire au moins (maudit!) paritaire, mais sérieux on devrait déjà être passé ça, ça devrait être une évidence, on devrait être rendus à vivre notre vie comme on l’entend sur le spectre du genre sans se soucier du vieux sexisme plate sur-le-side #parceque. La liste est surtout franco (faut parfois faire des choix difficiles!), mais notez qu’il y a des bijoux en relève/inclusivité aussi au Mainline et au Théâtre Sainte-Catherine notamment (pour ne nommer qu’eux)!

Voici donc un rapide survol de ce qui devrait pas passer sous ton radar cette saison!

Youngnesse de projets hybris à La Chapelle. Photo: Keven Lee.

LA CHAPELLE | SCÈNES CONTEMPORAINES

La saison de La Chapelle débute en grand avec Youngnesse de projets hybris, œuvre que j’ai envie de qualifier d’ode politico-queer jubilatoire du futur. Parmi les œuvres fortes de cette saison, il y a aussi The Nutcracker de Maria Kefirovav qui aura lieu en novembre . Suivra un peu plus tard dans la saison Intersections de Mireille Camier et Ricard Soler i Mallol, qui pose la question de l’espoir dans les révolutions, où et quelles qu’elles soient, par un dialogue avec des acteurs de ces dites révolutions à travers le monde. En mai, Alexis O’Hara présentera OUFF, sa première performance solo qui promet d’être magique.

Okinum d’Emilie Monnet – Visuel de la saison du CTD’A par Le Séisme

CENTRE DU THÉÂTRE D’AUJOURD’HUI

Ce CTD’A fêtant cette année son 50e anniversaire, c’est sans surprise que nous constatons la qualité de leur programmation 2018-2019, qui est un excellent exemple d’inclusion et de diversité des paroles en scène. Cet automne, j’ai spécialement hâte d’y voir Okinum d’Émilie Monnet. Il y aura aussi de nombreux bijoux à l’hiver, je pense notamment à AALAAPI | ᐋᓛᐱ et Guérilla de l’ordinaire, pour ne nommer que ces trois spectacles.

Souveraines du Théâtre de la Banquette arrière – Visuel de la saison du Quat’sous par Maxime David – Le Séisme

QUAT’SOUS

Le Quat’sous a lancé en grand sa saison d’automne avec Les Barbelés d’Annick Lefebvre, spectacle qui a créé des remous dans le milieu et a fait beaucoup jaser (vivement que le monde se parle!). J’ai hâte de voir le spectacle Souveraines de Rose-Maïté Erkoreka et le Théâtre de la Banquette Arrière, une compagnie qu’on connaît, mais qui semble en transformation… Au plaisir d’être surprise!

KINK de Pascale St‑Onge et Frédéric Sasseville‑Painchaud présenté à l’Espace Libre. Photo: Gabrielle Desmarchais

ESPACE LIBRE

En plus des reprises des excellents spectacles Dans le champ amoureux et Post Humains l’Espace Libre présente cette année une programmation à tout casser. À défaut de choisir un seul spectacle, il y a KINK de Pascale St-Onge et Frédécric Sasseville-Painchaud, Mythe de Mykalle Bielinski, Kiinalik : These Sharp Tools d’Evalyn Parry et Laakkuluk Williamson Bathory et ICI de Gabrielle Lessard.

Visuel du spectacle OMBRE EURYDICE PARLE d’Elfriede Jelinek – Design de la saison 2018-2019 par Principal.

THÉÂTRE PROSPERO

Le prospero présentera cette saison Cendres d’Emmanuelle Jimenez, un alliage de théâtre et de danse mis en scène par Menka Nagrani en février prochain. La pièce Ombre Eurydice Parle d’Elfriede Jelinek prendra aussi l’affiche peu après pour nous présenter une fable féministe existentielle aux frontières disciplinaires floues.

Windigo de Lara Kramer à l’Usine C. Photo : Stefan Petersen

USINE C

La reprise de l’œuvre Windigo de Lara Kramer, qui a été présentée au FTA 2018, est importante. Le projet Introduction à la violence de Marie Brasssard est pour le moins intriguant (je sais que c’est pas la relève ben ben, mais j’ai hâte ok). Parmi les incontournables de l’Usine C, les soirées NICE TRY – belessai qui mettent de l’avant le travail d’artistes de la relève en arts vivants dans un défi créatif aux contraintes toujours très excitantes.

La place Rouge – Image : Productions Fil d’or

THÉÂTRE DENISE-PELLETIER

Le théâtre Denise-Pelletier propose cette année une programmation plutôt théâtre théâtre, mais quelques bijoux ressortent du lot. Il y a notamment La Place Rouge premier texte de Clara Prévost et une des premières créations des Productions Fil d’or qui aura lieu en octobre. Sinon, en janvier le Théâtre à l’Eau Froide présentera Les Coleman-Millaire-Fortin-Campbell de Claudio Tolachir dans une adaptation de Catherine Beauchemin.

Quartett par Fantôme – compagnie de création. Visuel de la saison d’ESPACE GO

ESPACE GO

Le point marquant de la saison 2018-2019 de l’ESPACE GO d’un point de vue de la relève est sans aucun doute la mise en scène de Quartett d’Heiner Müller par Solène Paré. Le projet L’Assemblée de Porte Parole pique aussi ma curiosité, mais je demeure sur mes gardes après l’affaire Fredy...

Huff de Cunning concepts & creations présenté à La Licorne. Photo : La Manufacture

THÉÂTRE LA LICORNE

La pièce Huff de Cliff Cardinal est importante à souligner dans la programmation de la Licorne cette année. La mise en scène du texte La maison aux 67 langues aussi me semble fort prometteur. Dans la catégorie « j’pense que c’est à ne pas manquer », il y a La Fissure d’Amélie Dallaire.


LES INCLASSABLES

Le MAI, par sa nature particulière d’accompagnement, n’entre pas complètement dans la catégorie “théâtre à saisons”, ce qui m’a menée à ne pas l’inclure officiellement, mais sérieusement, ça devrait être le réflexe de tout le monde qui veut encourager la diversité artistique de la relève d’assister aux présentations au MAI. C’est dit.

Sinon il se peut que des théâtres ne soient carrément pas présents dans cette liste (oups!), c’est que je ne percevais pas vraiment d’effort dans la catégorie « inclusion, relève, représentativité et amour ». Ça aussi c’est dit.

*MIC DROP*