J’ai récemment vécu une rupture qui m’a mis le coeur dans le blender. Comme dans toute situation de break-up, ma première réaction a été de me tourner vers mon grand chum gin tonic. Cependant, on dirait que cette fois-ci, mon ami m’aidait pas tant. Dans un élan de vie d’adulte (ou de folie), j’ai donc arrêté de boire pendant un mois. Et comme par hasard, je suis tombée sur un article qui parlait du self-care, un phénomène pas très neuf, mais qui prend de la place sur l’Internet ces temps-ci.

self-care
tumblr.com / starlightpositivity
self-care
tumblr.com/ posiviibes

C’est quoi ça, le self-care ?

J’ai beau fouiller, je ne trouve pas d’équivalent français au terme. Mais en gros, on pourrait traduire ça par “prendre soin de soi”. L’idée derrière le self-care, c’est d’être à l’écoute de son corps et de sa tête et de bien se traiter. Le terme est assez large et englobe les petites choses du quotidien (se brosser les dents, manger quand on a faim), des comportements (se faire plaisir en achetant un vêtement, allumer une chandelle) ou des démarches médicales (aller voir un/e psy, prendre des médicaments lorsque nécessaire). Le self-care s’applique différemment pour tout le monde parce que ben, tout le monde est différent.

self-care
tumblr.com /
my-cat-ate-my-potato

Le self-care aide à réduire le stress et l’anxiété, améliore la performance au travail et, plus globalement, la santé du corps et de l’esprit. Les psychologues encouragent souvent leurs patients à être plus à l’écoute de leurs besoins et leurs signaux émotifs : ben c’est ça, prendre soin de soi. Là, je ne parle pas d’un acte égoïste. C’est plutôt de se donner le droit de penser à soi avant de penser aux autres. Ça sonne donc ben quétaine, mais c’est de se traiter comme tu traites la personne que t’aime le plus au monde #cheesybuttrue.

self-care
tumblr.com /
mybodyhappiness

Devenir adulte (aka ma petite histoire)

Pour moi, le self-care, c’est de bien manger, faire du yoga tous les jours (!!) et prendre du temps pour dormir. Je souffre d’anxiété, j’ai le SCI (Syndrome du Côlon Irritable) et je travaille souvent plus de 50h par semaine. Ça m’a pris longtemps comprendre ça, mais si je ne m’occupe pas de moi, ben premièrement, personne d’autre le fera pour moi. Et pis deuxièmement, je deviens stressée, anxieuse, malheureuse, triste, moody et ballonnée (TMI). Pour moi, appliquer le self-care m’a aidée avec les points suivants :

Je bois moins.

Je suis devenue cette fille sur Internet qui a troqué le yoga contre la bière. Je bois encore, wô, mais je bois mieux. L’alcool était souvent un petit coussin émotif pour moi qui ne m’aidait pas nécessairement. Sur le coup oui, mais à long terme, pas tant. Est-ce que c’est parce que je vieillis ? Je sais pas, mais en tout cas, je bois mieux maintenant et surtout, moins souvent.

Je suis beaucoup moins stressée.

Merci yoga ! Prendre 30 minutes par jour pour respirer et m’étirer (et suer), ça m’aide à me recentrer et faire disparaître une partie de mon anxiété. Je ne peux pas encore toucher mes orteils, mais je garde espoir.

self-care

Je suis bien toute seule.

Bon – j’ai toujours été bien toute seule. Mais dans la vie, t’es mieux de bien t’entendre avec toi-même parce que t’es pogné avec toi pour le restant de tes jours. Je vois mes ami/es et je ne suis pas gênée de les appeler, mais je fais des activités par et pour moi-même. Genre aller au cinéma tusseule. Et je ne me force plus pour sortir si ça me tente pas.

self-care
tumblr.com / positiveautistic

Si vous avez besoin d’aide psychologique, vous pouvez consulter les ressources suivantes :

Ordre des psychologues du Québec
Clinique de psychologie de l’UdeM (plus abordable)
Clinique de psychologie de l’UQAM (idem)
Lignes d’écoute et de soutien (gratuit)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer