Un autobus scolaire. Trois étudiants. Et un road trip international.
Non, ce n’est pas le synopsis d’un nouveau film. C’est un vrai voyage dans lequel Robin Cagnon-Carbonne, Marion Gosselin, Chloë Augat s’embarquent.

city* is where we park
@cityiswherewepark

City* is where we park. Départ : Août 2017!

Trois futurs designers. Trois futurs diplômés du programme de design de l’environnent de l’UQÀM. Après seulement une année d’études, ils ont vite réalisé qu’étudier à travers un manuel, ce n’était pas assez. Trop de questions restaient sans réponse. 

“L’idée était d’aller observer les relations des designers avec leurs créations, leur processus et leur états d’esprits. Nous sommes à un stade de notre apprentissage où nous avons besoin d’affirmer certaines positions quant à nos manières de concevoir, certaines étant très politique. L’envie d’aller in situ, comprendre les projets de nos propres yeux. Nous allons tenter de pousser des réflexions sur le devenir de notre discipline : pourquoi concevoir, pour qui, comment…?”

Leur solution ? Une épopée unique. Un voyage à travers le continent nord-américain à la rencontre des créateurs qui pousse les limites de l’organisation humaine et de leurs projets.

city* is where we park
cityiswherewepark.com

Étape 1 – plans et financement

Comment se rendre tout en demeurant autosuffisant ? Parce que traverser le Canada et les USA, ça ce fait pas à la marche…. La réponse : un autobus jaune converti en quartier général sur roues !

“Contrairement aux idées reçues, vivre en habitat motorisé est moins dispendieux en énergies et laisse moins d’empreinte qu’un mode de vie plus sédentaire. En plus, nous ne souhaitons pas devoir dépendre des infrastructures urbaines (eau, électricité, etc), qui nous auraient limitées”

C’est donc ainsi que commence les 12 travaux de City.

Quels projets on visite ? Et dans quel ordre ??

“On a choisi des projets qui ont des connections directes avec nos sujets de recherche. Ils peuvent autant être de l’ordre d’un objet, un bâtiment, un système, ou d’un savoir faire… D’autres sont des projets plutôt iconiques dans l’histoire du design, moins directement reliés mais qui nous ont guidé vers notre réflexion présente.”

 Et en passant par la création des plans pour la conversion de l’autobus. Qu’est-ce qu’on a besoin pour fonctionner ? Le tout réduit à l’essentiel ! Et comme ça prend de l’argent pour réaliser tout ça, on n’oublie pas la mise en place de la campagne de financement !

city* is where we park
@cityiswherewepark

Étape 2 – la conversion

Une fois l’autobus trouvé, le matériel nécessaire acheté et les horaires bloqués, la transformation commence ! On vide l’autobus, on délimite les espaces ; travail, dodo, cuisine, salle de bain (l’échelle 1:1, c’est toujours pratique!). On assemble les structures, on peinture, on installe les panneaux solaires… Mais c’est pas toujours facile.

“Le plus difficile a certainement été de se confronter à un système bureaucratique plutôt intransigeant quant aux réglementations d’aménagement artisanal d’habitat motorisé. Bien que certaines personnes nous aient énormément aidé, le manque d’informations précises nous a souvent ralentis.”

city* is where we park
@cityiswherewepark

Étape 3 – le grand départ

Mais, finalement, le jour J est là. Les valises sont faites. Ils embarquent. L’autobus part et le laboratoire roulant ouvre ses portes. Durant les prochains trois mois, ils vivront leur passion à 110 %.

Ils garderont un journal de bord filmé. Les interviews, la réalisation des projets et les états d’âme…

Pour suivre leur progression au quotidien, et pour connaître plus sur leur projet :

Site web | Facebook | Instagram

 

EnregistrerEnregistrer