Être sensible émotionnellement, c’est pas toujours facile. Pleurer chaque fois qu’un couple dans un film doit se séparer (de façon brutale et inattendue, bien évidemment), c’est pas toujours chic (raye les sorties cinéma quétaines de ta liste d’activités à faire en date).

Cette sensibilité-là se traduit partout. Et l’art n’y échappe définitivement pas.

Tu te demandes quoi lire parce que Guillaume Musso c’est ben bon au début mais tu sens que t’as besoin d’un peu plus de profondeur, de contenu. En plus, t’as déjà lu Milk and Honey de Rupi Kaur au moins trois fois. Cette liste-là est pour toi.

poésie

1. Coeur Takeout, de Philippe Chagnon

Publié en février 2016, le premier recueil de Philippe Chagnon est une perle. Vraiment. Ses mots résument bien la douleur tellement vive qu’on ressent quand la personne qu’on aime nous quitte. C’est le genre d’oeuvre à lire et à relire, à prêter, à lire dans des lectures publiques, bref, à crier sous tous les toits !

poésie

2. Petite armoire à coutellerie, de Sabica Senez

Des fois, il n’est pas nécessaire que les textes soient super longs pour qu’ils aient une grande portée. Sabica Senez est une poète hors pair. Pour bien saisir l’essence de l’oeuvre, il peut être intéressant de déguster l’oeuvre, la tête accotée sur la fenêtre de l’autobus en écoutant Mad World (ok, peut-être pas aussi caricatural que ça, y’a ben des limites).

poésie

3. Hiroshimoi, de Véronique Grenier

Le récit fragmentaire qu’a mit en place Véronique Grenier est tout simplement sublime. La question du triangle amoureux, du déchirement, du mal-être a résonné dans mes tympans et m’a fait vivre beaucoup d’émotions très intenses. Un livre court, mais qui marque profondément l’imaginaire.
poésie

4. J’taime encore, de Roxanne Bouchard

J’ai tellement pleuré que j’attends encore un petit moment avant de le relire. It hits close from home, comme on dit en bon français. C’est quoi aimer, quand la routine prend toute la place et qu’on croit qu’en la quittant on sera plus heureux ?

Bref, prépare-toi un bon cappuc’ et assume ton étiquette d’hopeless romantic, c’est quand même pas mal cute xx

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer