Après Le poids des confettis, les Soeurs Boulay sont de retour avec un nouvel album qui s’installe au 4488 de l’Amour. On y découvre des histoires… d’amour oui oui,  mais aussi de voyages, de jus de boussole et de moments heureux. T’es ben mieux de les ouvrir tes oreilles pour ressentir la fraîcheur et le sentiment de liberté qui se dégage de leurs chansons ! Pis tu peux aussi lire ce qu’elles nous ont confié.

1072026

Tout d’abord, on est tous curieux de savoir cest où le 4488 de lAmour, il se passe quoi de magique dans ce lieu ? 
C’est indescriptible. C’est un appartement qu’on partage avec deux autres colocs qui sont aussi des artistes. L’appartement se passe de mains d’artistes en mains d’artistes depuis environ dix ans et chaque nouvelle personne qui y entre comprend instantanément pourquoi le mythe existe. Y’a beaucoup de belles énergies et de folie ici.

Dans ce nouvel album, on a l
impression que vous vous affirmez plus, vous avez parcouru du chemin pour en arriver là ?
Oui. On a pris beaucoup de recul sur notre carrière après le tourbillon du premier disque, notamment en partant en voyage. On a aussi fait du ménage dans nos vie, fait des thérapies et accordé plus de place à nos amis et à l’amour, aussi.

Vous r
épondez quoi à ceux qui disent que le deuxième album est le plus important dans la carrière dun artiste ?
C’est probablement vrai, parce qu’il confirme ou non si un artiste peut avoir quelque chose à dire sur du long terme. On a toute la vie pour écrire un premier disque mais souvent moins de temps pour un deuxième. Ça prend une source d’inspiration plus vive. Mais tous les albums sont importants bien sûr.

Les histoires que vous racontez dans vos chansons, vous les avez toutes v
écues ?
On tient à ne pas séparer clairement le vrai du faux. On écrit un peu dans le style de l’autofiction et l’intérêt selon nous réside justement dans l’impression d’intimité, sans être sûr que c’en soit de la vraie. À partir du moment où la chanson quitte l’auteur, elle ne lui appartient plus, sinon c’est plate parce que personne peut s’y intéresser personnellement sans juste vouloir potiner.
Crédits : Jeanne Joly

Qu
est ce que vous avez appris de votre premier album et quavez vous tenu à changer ou à améliorer pour 4488 de lAmour ?
Dire non. Ne pas tout accepter sous prétexte que ça reviendra peut-être pas. On se respecte plus au niveau des décisions artistiques et on essaie de se garder du temps dans notre horaire pour la vraie vie.

On
 a limpression que vous chantez comme vous parlez, cest ça le secret des soeurs Boulay ?
Je ne sais pas, peut-être. On ne se voit pas faire autrement sinon on rirait de nous en maudit. Genre “mon dieu qu’est-ce que tu fais à chanter comme si tu disais pas des vrais mots?”.

Vous semblez tr
ès inspirées par « la route »ça représente quoi pour vous ?
L’errance, l’entre deux, la rêverie, l’impression que le temps existe pas.

Une chanson pour chanter 
à tue-tête au départ dun roadtrip ?
Tout le Céline Dion en français.
Crédits : Jeanne Joly et Eli Bissonnette
Crédits : Jeanne Joly et Eli Bissonnette

L
amour est un thème qui se retrouve aussi dans vos tounes, cest la chose la plus importante selon vous ?
Oui, comme pour la majorité des personnes sur la planète je crois. L’amour aussi dans l’amitié, dans la famille. Les liens qui restent.

A votre lancement, vous d
éclarez avec humour : « Merci aux garçons qui des fois sont con mais qui nous font faire du cash ! ». Cest quoi la réaction de ces garçons, quand ils se retrouvent dans une de vos chansons?
Le plus souvent ils sont contents, mais des fois ils sont jaloux des autres dans les autres tounes, ou des fois ils aimeraient mieux qu’on dise autre chose sur eux qu’ils sont des pas fiables.

Une derni
ère question pas rapport, c’était quoi votre meilleur déguisement pour lHalloween ?
On déteste toutes les deux se déguiser. On fête jamais ça sauf quand on avait huit ans avec la petite banque Unicef.

Pour écouter leur nouvel album
Pour les suivre sur Facebook