Un homme debout, les bras ouverts qui regarde droit devant soi.

En un seul logo, l’Office Nationale du film a su en dire beaucoup sur son objectif : permettre à une nation de s’ouvrir sur le monde et de partager son regard en promouvant un cinéma d’ici. Depuis 1939, le cinéma québécois voyage d’un bout à l’autre du monde grâce à ce partenariat.

Voici notre topo des films à voir et à revoir sur le beau site de l’ONF.

ONF photo 1.

Alex marche à l’amour (2014)

Sous forme de documentaire, le cinéaste Dominique Leclerc accompagne le comédien Alexandre Castonguay, désireux d’apprendre un poème de Miron, sur 760 km à travers la province. Amour, poésie, et identité seront discutés avec les habitants de la région.

24-heures-ou-plus_LG

Le confort et l’indifférence (1981)
Un documentaire de Denys Arcand sur le référendum de 1980 commenté par Machiavel, l’intellectuel joué par Jean Pierre Ronfart. Un regard sur l’histoire du Québec à l’époque de René Levesque.

PHOTO 2 ONF

Bestiaire (2012) 

Denis Côte offre ici un film sur le regard de l’homme sur les animaux et notre responsabilité en temps que consommateur. À l’aide de plans fixes et contemplatifs sur les animaux en captivités, le film nous fait réfléchir sur la nécessité des zoos et notre engagement face à d’autres êtres vivants.

The_Legend_of_the_Flying-Canoe_169817_LG_1

La légende du canot d’écorce (1996) 

Court-métrage d’animation de Robert Doucet est inspiré de la légende de la chasse-galerie, où des bûcherons décident de faire un pacte avec le diable pour retrouver leur bien-aimée le temps d’une nuit en volant dans un canot d’écorce. Un classique revisité au crayon de couleur.

PHOTO 3 ONF

NCR : Non criminellement responsable (2013)

Josh Kashner nous ouvre les portes d’un pénitencier pour les personnes déclarées NCR, criminels gravement malades incarcérés pour meurtre ou excès de violence. Armé de sa caméra, il présente la réalité des victimes, mais aussi celle des coupables et des employés de l’établissement.