Vendredi soir, j’ai participé à ma première nuit créative montréalaise. Fraîchement débarquée du vieux continent et par ailleurs dans l’équipe des Petites Manies, j’étais une amatrice de ce type d’évènement, mais à Paris. Après avoir découvert l’existence de cette soirée ici, à Montréal, je n’ai pas hésité, il fallait que je teste.

Donc vendredi dernier, 18h, j’arrive devant l’église Saint-Denis. Oui, l’évènement a eu lieu dans une église, mais non, lecteur anticlérical, ne fuis pas et attends un peu la suite. J’arrive donc dans une salle des fêtes redécorée à la sauce girly. Six ateliers sont proposés, une table par atelier, des chaises autour et des filles, beaucoup de filles. En prime, on a droit à un buffet sucré et des jus de fruits bio.

photo 1_Fotor_Collage

Les non girly s’abstiendront donc, car ici tout est mignon, délicat et clairement orienté nana. D’ailleurs, aucun homme en vue.

Je commence le tour des tables pour voir ce qui est proposé. Et là, joyeuse ambiance. Les filles peignent, parlent, cousent, mangent, dessinent, boivent, collent et rient. Le concept est victime de son succès (visiblement la première édition de novembre a porté ses fruits), il y a beaucoup de monde et de l’attente pour les ateliers. Mais qu’importe, c’est bon enfant et agréable.

photo 4_Fotor_Collage

Je m’assois à la table couture. Mon objectif : une broche animale en feutrine. Easy. 1h plus tard (oui, ça va, la couture et moi, on n’est pas copines) avec les conseils de Marion de Les Triplettes, la créatrice qui tient l’atelier et de mes voisines, je ressors avec un petit renard qui se retrouve fièrement épinglé à mon pull. Contente de moi, même si honnêtement, on dirait qu’il a pris de l’acide mon petit renard, je cède ma place et vogue vers de nouvelles aventures. Et c’est bien ça le concept de ces nuits créatives. Promouvoir le fait-main, faire connaître des créatrices, créer des rencontres entre gens passionnés. Au fond, peu importe le résultat, l’idée est d’essayer et de découvrir de nouvelles choses, techniques et astuces. L’essor du phénomène fait-main qui explose depuis quelques années, à travers tous les tutoriaux DIY (do it yourself) qui fleurissent sur le net, est assez révélateur de cette envie de fabriquer par soi-même, de sortir des productions standardisées.

photo 3_Fotor_Collage

A l’initiative d’Ismérie (The Little Spot) et Florence (Me, Myself & Montréal), cette soirée a été une réussite. Ces deux entrepreneuses se sont lancées pour l’une dans la création et pour l’autre dans sa promotion. Elles ont du talent, et ça fait du bien.

Rendez-vous en juin, à la prochaine édition ;)

Tous les détails et photos de l’évènement sur la page Facebook.